Les Produits Dopants

On parlera de conduites dopantes lorsqu’une personne consomme certains produits pour  affronter un obstacle ou une situation difficile, ou pour améliorer ses  performances. Dans le monde sportif, on parle plus spécifiquement de dopage, mais on sait  que ces comportements ne  concernent  pas  seulement  ce  secteur.

La grande majorité des produits concernés provoquent des effets secondaires à court et  à  long terme, ainsi qu’un phénomène d’accoutumance entraînant la dépendance.

 

Les produits et techniques dopantes par effet recherché :

- pour modifier la morphologie : les hormones de croissance.

- pour augmenter la force et la puissance musculaire : stéroïdes anabolisants, la combinaison de trois acides aminés (méthionine, arginine, glycine) les hormones de croissance.

- pour améliorer l'oxygénation : le salbutamol,  l'érythropoïétine (EPO), le (perfluorocarbone) (PFC)

 - pour accroître la concentration : Amphétamines, bétabloquants

- pour vaincre le stress : alcool

- pour se dépasser : les euphorisants (cocaïne, caféine, amphétamines…); les antalgiques, les analeptiques cardio-respiratoires ; l'insuline

- pour maîtriser le rythme veille-sommeil : les amphétamines. Ils peuvent être associés aux benzodiazépines pour faciliter le sommeil après l'épreuve.

-  pour perdre du poids : Les diurétiques

 

Conséquences sur la santé

Le dopage met en danger la santé du dopé. Plusieurs coureurs cyclistes qui ont avoué avoir pris de l'EPO, ont raconté que leur soigneur les réveillait la nuit pour leur faire faire de l'exercice. L'objectif est d'éviter un arrêt cardiaque à  cause d'un effet secondaire du produit dopant.  

En effet, l'amélioration de l'oxygénation des muscles s'obtient grâce à une augmentation du nombre des globules rouges, ce qui épaissit le sang.  Quand le cœur, au repos, ralentit, le sang devient de moins en moins fluide, et peut arrêter le cœur.

 

Le dopage et la loi

En matière de dopage, en France, les substances et pratiques dopantes sont interdites par la loi.

L’article L3612-1 du code de la santé publique prévoit :

- l’obligation pour tout sportif qui participe à une manifestation sportive agrée par une fédération de se soumettre aux contrôles anti-dopage qui peuvent être effectués à tout moment d’une compétition.

- le renforcement des sanctions disciplinaires prises par les fédérations (par exemple : interdiction définitive de participer à une compétition).­

- les athlètes de haut niveau ne sont pas les seuls visés : le sportif amateur est aussi concerné.

­ le trafic de produits dopants est puni d’une peine de 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende  (7 ans  et  150 000 euros lorsque les faits sont commis en bande organisée ou à l’égard d’un mineur).

- tout  usage de  produit classé stupéfiant par un sportif est assimilé au dopage et expose le fournisseur à des poursuites pour trafic stupéfiants.