Les jeunes & l'alcool

Sociologie de la consommation des jeunes adolescents

A 17 ans, l’alcool est la substance psychoactive la plus consommée.
-  Consommation régulière d’alcool : 11% des jeunes âgés de 17 ans déclarent boire régulièrement de l’alcool.

- Consommation d’alcool le week-end avec de amis plutôt que la semaine en solitaire chez ces mêmes jeunes.

-  Lieux de consommation privilégiés : domicile (privé,  ami ou parental)  et débits de boissons  (bars, pubs puis discothèques) sont cités avant les lieux publics ouverts. L’école arrive ensuite.


-  Consommation  régulière  et  croissante  d’alcool plus importante dans les  milieux  socio-économiques plus élevés. (Ressources financières).

-  Consommation  régulière  et croissante  d’alcool  plus importante dans les familles où les deux parents ne vivent pas ensembles, ou dans lesquelles les enfants vivent séparément des parents (internats). 

                                                                                                                                                       Evolution de l'usage régulier d'alcool à 17 ans depuis 2000

                                 https://www.alcoolassistance.net/images/media21114-copie.jpg    

Consommation régulière  et croissante  d’alcool  plus importante dans les familles où les deux parents ne vivent pas ensembles, ou dans lesquelles les enfants vivent séparément des parents (internats).

Constat

La proportion de consommateurs réguliers d'alcool à 17 ans a connu une hausse entre 2000 et 2003, en particulier parmi les garçons. Les niveaux ont ensuite baissé jusqu’en 2008, où ils ont atteint le minimum observé sur la période. Toutefois, ils sont à nouveau orientés à la hausse en 2011 puis 2014, pour les deux sexes, et sont relativement proches de ceux observés en 2000.

Augmentation des ivresses répétées 

- 57% des jeunes de 17 ans déclarent avoir été déjà ivres au cours de leur vie.  

- 49% l’ont été au cours des 12 derniers mois. 

- Un  jeune  de 17 ans sur dix, a  été ivre au moins une fois au cours des douze derniers mois. Ivresses répétées moins importantes que chez nos voisins européens. 

- Ivresses masculines.  Les garçons  sont  presque  trois  fois plus nombreux que les filles à avoir connu au moins 10 ivresses dans l’année. 

LES CAUSES DE L'ALCOOLISATION 

L’adolescence  est  souvent  le  temps  d’une  initiation  où  la  recherche  d’identité  passe  par  diverses expériences comme la consommation de produit. Deux groupes de facteurs interviennent :

- Les causes individuelles déterminantes 

On  le voit,  les raisons de la  consommation  d’alcool  chez  les  ados  sont  multiples.  On peut néanmoins dégager quelques tendances :

''Quand on aime, on ne compte pas'' : chez les jeunes, la consommation relève avant tout d’un souci d’intégration. Faire partie du groupe, c’est en acquérir les usages. Les jeunes boivent pour s’identifier à d’autres jeunes. L’un des moteurs de l’alcoolisation, est la recherche de l’ivresse.

La recherche de ses propres limites : l’utilisation de produits psychotropes leur permet de les éprouver et souvent de les trouver.  En cette période d’entre-deux, les jeunes cherchent leur identité. L’ivresse est recherchée,  moins pour le plaisir qu’elle procure, que comme moyen d’évasion, fuite du quotidien et opposition aux adultes.

Le souci d’intégration par le groupe de pairs : boire est la première norme importante dans la population adolescente. La fonction de l’alcool est avant tout sociale, par le fait de se sentir dans  le même état que ses pairs. Faire comme les autres, «le verre à la main» étant un signe de reconnaissance du groupe mais aussi d’entrée dans la vie adulte. L’alcool traduit chez eux, en quête d’identité,  peu  sûrs  d’eux même et du sens qu’ils donnent à leur vie, un début d’affirmation de soi.

Les données suivantes proviennent de la dernière enquête ESCAPAD sur la santé et les consommations lors de l’appel de préparation à la défense 2008. 

 

Les causes favorisantes 

Les facteurs d'environnement qui conditionnent particulièrement les Français à consommer des boissons alcooliques sont extrêmement divers et d'une importance considérable. Ce sont notamment : 

La recherche des sensations fortes : pour lutter contre l’ennui. Cette quête est fréquemment associée à des impulsions, notamment d’accès de violences ou des cas de sévères d’inhibitions. 

Un certain mal-être : de mauvaises relations avec leurs parents,  des  comportements violents,  un échec scolaire, des fugues ou des tentatives de suicide sont souvent associés à des consommations abusives d’alcool. 

La consommation précoce d’alcool : les consommations  régulières  et  massives  avant l’âge de vingt ans sont réputées plus sévères. Elles touchent des individus ayant davantage d’antécédents familiaux, plus de troubles comportementaux au cours de l’enfance. Ils ont une plus forte envie de boire et une plus grande variabilité des humeurs. 

Une certaine résistance à l’alcool : les  ados  qui  « tiennent bien l’alcool »  ont  un  plus  grand  risque de développer un usage abusif. Cette résistance leur apparaît comme un pouvoir d’autocontrôle.

Un  développement  pubertaire  précoce  pourrait  être  un  facteur de risque  d’alcoolodépendance. 

Bien qu’on  ne  puisse  dresser  un  portrait  type de l’adolescent à risque vis-à-vis de l’alcool,  l’alliance d’un ou plusieurs facteurs peut alerter l’entourage familial, éducatif et/ou amical. 

Il  faut  néanmoins  remarquer  que l'environnement,  même s'il incite et conditionne les personnes à user de boissons alcooliques,  laisse  toujours  celles  qui sont bien informées,  libres d'en prendre ou de ne pas en prendre.   L'environnement  n'a  vraiment  de  prise  que  sur  les  personnes,  soit   psychologiquement fragiles, soit inconscientes des risques encourus. Il ne faut donc pas confondre les causes « déterminantes » qui sont individuelles et les causes qui ne sont que « favorisantes ». 

C'est  dire  que  le  défaut  de  connaissances  concernant  les  risques  liés  à la consommation de boissons alcooliques reste la principale cause de l'alcoolisation des Français. 

Enquête réalisée par Ornella Bertrand
Alcool Assistance Lot-et-Garonne

⇒ les rites d'alcoolisation