Les drogues de synthèse

Avec le développement de la demande et les progrès de la chimie, maintenant des laboratoires par des chimistes qui tentent de  créer des produits inédits à partir de molécules très puissantes.

Ce sont, entre autres : Le gamma oh, le PCP, La kétamine, le yaba.

LA KETAMINE

Ses origines :

Anesthésique vétérinaire. Elle se présente sous la forme de poudre cristalline blanche.

Ses effets :

Ils sont variables en fonction de l’individu et notamment de sa corpulence; il y a une différence entre les sexes; les femmes sont plus vulnérables car elles sont plus petites.

Tous les produits sont différents et la teneur en substance psychoactive n’est jamais la même.

· Effets hallucinogènes, dissociation du corps et de l’esprit

· Flottement du corps, anesthésie

·  Perte d’équilibre

· Distorsion des sons

· Perte de la mémoire et de la notion du temps

LE GHB OU DROGUE DU VIOLEUR 

Produit de synthèse

Ses origines: Le GHB (gamma-hydroxybutirate ou gamma-OH) est une molécule anesthésique à usage médicale. Se présente sous un aspect liquide, en poudre ou granulés à dissoudre.

Pas de goût ni d’odeur. Une de ses  consommations Lors de soirées.

Ses effets :

 Ils sont variables en fonction de l’individu et notamment de sa corpulence;  il y a une différence entre les sexes; les femmes sont plus vulnérables car elles sont plus petites.

Tous les produits sont différents et la teneur en substance psychoactive n’est jamais la même.

L'absorption du  GHB par  voie orale est très rapide.   Il faut entre 15  et  20 minutes pour que ses effets se fassent sentir.

A faible dose, ce stupéfiant provoque une légère euphorie et une désinhibition. Il entraîne une sensation d’ivresse comparable à celle de l’alcool. A plus forte dose, il provoque  une  perte  de  conscience  et des troubles de la mémoire.

Cette  substance, dont  la  structure  chimique  est  très  proche  du neurotransmetteur GABA, agit sur le thalamus. Elle stimule certains récepteurs de ce neurotransmetteur responsable  des  mécanismes d’inhibition et d’excitation.

Les effets du GHB  durent environ 1 heure. Son  élimination par l’organisme est très rapide, ce qui rend difficile les  expertises de la police. Il peut être dépisté dans le sang  pendant  6  heures et dans les urines pendant environ 12 heures, d’où l’importance de porter plainte rapidement.

 Au-delà, il faut analyser les cheveux pour détecter sa présence.

 

Quels sont les risques du GHB ?

Le principal risque lié à l’usage de GHB  est le surdosage car la marge est faible entre les doses actives et la surdose. 

Un surdosage ou une association avec de l’alcool peut entraîner une  détresse  respiratoire et une perte  de  connaissance  pouvant  aller jusqu’au coma.

Cette substance  peut aussi provoquer divers effets secondaires indésirables :

• maux de tête, vertiges, étourdissements

• nausées et vomissements

• somnolence   

• confusion    

• amnésie

Il est très dangereux d’associer le GHB avec de l’alcool, une autre drogue ou certains médicaments.

Cette substance comporterait aussi un risque de  dépendance  et entraînerait des symptômes de manque à l’arrêt chez les consommateurs réguliers.