La prise de conscience


https://www.alcoolassistance.net/images/pages-LA-MALADIE/prise-de-conscience.pngLes pertes successives, conséquences de la toxicomanie, vont aboutir au fait qu’un jour le malade va prendre conscience qu’il ne peut plus vivre désormais de cette façon. Cette prise de conscience est dénommée par certains alcooliques : « toucher son fond ». Le bénéfice immédiat, énorme qu’apporte l’alcool en calmant le manque et en apaisant les tensions est dépassé par la somme des pertes accumulées. 
C’est le moment des prises de décisions qui suit cette prise de conscience. Un certain nombre de malades entreverront malheureusement une issue au problème : disparaître. 
C’est ainsi qu’il existe cinq fois plus de suicides dans une population d’alcooliques que dans une population normale. La plupart, heureusement, arrivés à ce stade, vont se mettre en quête de gens susceptibles de les aider et ce pour la première fois. 
C’est la période de la rencontre avec les groupes d’anciens buveurs, avec une assistante sociale, avec un médecin ou avec un centre spécialisé dans le traitement de la maladie alcoolique.

 Fait fondamental : pour la première fois, c’est le malade lui-même qui fait la démarche, et l’on peut dire dès lors que plus de la moitié du chemin qui le mènera à l’abstinence est parcouru. 

L’abstinence totale et définitive est en effet le seul traitement, à la fois ce qu’il y a de plus simple mais aussi de plus compliqué, si l’on considère que le malade depuis plus de dix ans, utilise l’alcool comme médicament de toutes ses souffrances. 


Cette abstinence est le seul traitement car le corps, dans toutes ses cellules va garder jusqu’à sa fin la mémoire de l’intoxication.

Si le sujet, après des années d’abstinence, réintroduit dans ce corps mémorisé le produit alcool, en quelques secondes ou en quelques mois, le délai est variable selon les sujets, il va redevenir de nouveau dépendant.