Héroïne et Opiacés

Qu’est-ce que c’est ?

L’opium est extrait du pavot et est utilisé pour fabriquer la morphine et toute une série d’autres substances : Les opiacés*.

L’héroïne est obtenue à partir de la morphine.

Opiacé* = ensemble de substances naturelles ou synthétiques contenues dans le latex (opium), recueillies sur un plante, le pavot.

LES OPIACES

Du pavot à l’opium

 

•  Le Pavot est une famille de plantes, dont une variété produit une résine particulière : l’opium.

•  L’opium est généralement fumé, mais il peut aussi être ingéré.

•  L’opium  provoque l’affaiblissement de l’organisme et entraîne une forte  dépendance chez le consommateur.

 

De l’Opium à la Morphine 

• C’est  à  partir de  l’opium  que  les laboratoires  pharmaceutiques du 19° siècle vont isoler son principal composant actif : la morphine.

• La  morphine est un puissant médicament utilisé pour soulager la douleur.

• La  morphine entraîne un phénomène de tolérance important et une forte dépendance.

Durée d’action : Les effets sont ressentis très rapidement et durent entre 4 et 6 h.

 

L’HEROÏNE

- Se présente sous la forme d’une poudre ou  de granulés à écraser.

Sa couleur peut varier du blanc au marron en fonction de ses pays d’origine ou de ses additifs.

Une de ses  consommations en intraveineuse

Comme les toxicomanes n’ont plus de veines au bout d’un moment, ils se piquent sous la langue ou entre les orteils.

 

Comment agit l’héroïne

•  L’héroïne est un  sédatif qui  inhibe le système nerveux central :

    -  le cœur bat plus lentement

    -  la tension artérielle baisse

    -  la respiration ralentit et devient moins profonde

 

Les effets de l’héroïne

• Les effets de l’héroïne sont très PUISSANTS, injectée, le ruch est quasi instantané, fumée, il survient au bout de quelques secondes.

- On est envahi par une sensation d’euphorie, la douleur, physique et/ou mentale disparaît.

- On se sent bien avec soi-même.

- Prise en petites quantités, on devient bavard, plein d’énergie, passionné et sûr de soi.

- Les doses plus fortes plongent dans un état de transe :

on se perd dans un monde intérieur et on ne veut plus communiquer avec quiconque.

Le ruch initial est suivi par un sentiment de douceur et d’apaisement  qui fait voir la vie en rose.

 

Les dangers de l’héroïne

•   La dépendance  s’installe rapidement  dans  la  majorité des cas :

L’héroïnomane oscille entre des états de soulagement euphoriques (lorsqu’il est sous l’effet de l’héroïne) et des états de manque¹ qui provoquent  anxiété, agitation...

•    La  dépendance  entraîne  des risques  sociaux  importants :

Elle enclenche un processus de marginalisation chez certains usagers.

•   La surdose ou l’overdose² de  l’héroïne  peut provoquer une  insuffisance respiratoire  entraînant une perte de connaissance et  éventuellement  la  mort.

 

1) terme employé pour décrire la sensation qu’entraîne le manque d’opiacés; La privation du produit engendre un malaise  physique  (sueurs, courbatures, tremblements, nausées, insomnies, agitation)  et psychologique (anxiété, irritabilité, angoisse). Le manque aux d’opiacés, aussi douloureux et spectaculaire soit-il,  n’entraîne pas la mort.

 

2)  L’usager  d’héroïne  utilise  une  dose  trop  forte  par rapport à celle que son  organisme a l’habitude de supporter.