L'alcool & les seniors

La santé de nos aînés et des risques de consommation excessive d’alcool

‘’A SON ÂGE ..."

L'entourage hésite souvent à intervenir lorsqu'un aîné à des problèmes d'alcool. Peut-être pour protéger sa réputation mais certainement parce qu'on pense - à tort - qu'à son âge " cela ne vaut plus la peine ", qu' " il a déjà tout perdu, alors on ne va pas encore lui ôter son verre " ou qu' " il est trop vieux pour changer ". 


Être  alcoolodépendant est source de souffrance à tout âge.  Alors  vouloir  préserver  la  dignité et le bien être d'une personne âgée,  c'est se préoccuper d'un  éventuel problème d'alcool plutôt que l'ignorer sous prétexte de l'âge.  Sans oublier qu'un problème d'alcool entraîne souvent d'autres problèmes psychiques, physiques et sociaux.

A tout âge cela vaut la peine de réagir à un problème d'alcool

Le retrait de la vie active peut provoquer chez certains, un sentiment d’inutilité qui risque d’entraîner des symptômes d’anxiété, voire de dépression.

L’arrêt brutal de la vie active, l’ennui, la solitude, la perte d’autonomie, le bouleversement des conditions de vie, le décès du conjoint ou d’un proche sont autant de raisons qui peuvent être à l’origine du recours aux médicaments et souvent à un dangereux mélange alcool/médicaments.

https://www.alcoolassistance.net/images/L-alcool-plus-nocif-que-l-heroine_h_content_l-copie.jpgIl faut considérer plusieurs cas de figure :

Les personnes ayant consommé de l’alcool de façon excessive tout au long de leur vie, celles qui en consomment relativement peu mais qui effectuent des mélanges nocifs avec les médicaments et enfin, celles qui ont commencé à consommer sur le tard pensant y trouver le remède à leur solitude.

Les abus restent cependant surtout liés à une méconnaissance des effets plus qu’à la volonté délibérée de fuir la réalité.

Cependant une consommation combinée et régulière de ces  substances  risque d’entraîner rapidement une dépendance, compte tenu de la satisfaction apparente immédiate qu’elles procurent.

Le problème est que cette addiction est  parfois difficile à déceler dans la mesure où les personnes âgées restent seules une grande  partie du  temps  et qu’elles ne réclament aucune aide.  Il est donc difficile de diagnostiquer certains  comportements  particuliers, voire étranges, qui permettraient de détecter ces accoutumances. De plus, il est fréquent que l’on confonde ces comportements d’addiction avec certains autres signes que l’on attribue à tort à d’autres maux habituels dus à l’âge de ces personnes. 

Mais la consommation excessive d'alcool est fréquente chez les séniors avec le plus souvent des effets graves sur leur santé. Dans un article récent publié dans la revue ''Gérontologie et société'' sur le sujet, le Docteur Michaud estime que ''une dépendance tardive qui débute vers la soixantaine est assimilable à une alcoolisation aigüe dont les conséquences peuvent être dramatiques''.