Alcool, tabac et grossesse

Femmes enceintes et alcool

Lorsqu’une femme enceinte consomme une boisson alcoolique, l’alcool passe du sang maternel vers le sang du fœtus, au travers du placenta.

La concentration en alcool dans le sang du bébé est rapidement aussi élevée que dans le sang de la mère. L’alcool transmis au fœtus est éliminé lentement car son foie n’est pas suffisamment développé.

Quels sont les effets de l’alcool sur le fœtus :

La consommation d’alcool ou des ivresses épisodiques au cours de la grossesse nuisent au développement du cerveau du fœtus.

Quels sont les risques encourus pour l'enfant :

• Un retard de croissance ;

• Des atteintes du système nerveux central ;

• Des malformations (première partie de la grossesse) ;

 

À long terme, les atteintes cérébrales peuvent être à l’origine :

• De retards intellectuels : troubles de l’apprentissage, de la mémorisation, troubles de l’attention, etc.) ;

• De troubles du comportement qui se manifestent au fur et à mesure de la croissance ;

• De troubles du développement psychomoteur de l’enfant.

Ces dommages sont irréversibles.

 

Quelles sont les différences entre le Syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) et les autres troubles causés par l’alcoolisation fœtale (TCAF) ?

Le SAF affecte 1 enfant sur 1 000. C’est la forme la plus sévère des conséquences de la consommation d’alcool pendant la grossesse. Elles peuvent être massives : retard de croissance, retard psychomoteur, malformations du visage, et troubles cognitifs majeurs avec parfois une déficience intellectuelle.

Les autres TCAF touchent 1 enfant sur 100. Ils englobent de nombreux troubles dus à l’atteinte du cerveau. Ces troubles sont méconnus et rarement attribués à l’atteinte du cerveau par l’alcool durant la grossesse. Les enfants atteints ont des difficultés à maintenir leur attention donc à ne pas se laisser distraire et à apprendre à l’école du fait de troubles « DYS » (surtout la dyscalculie). Ces difficultés sont souvent associées à des troubles du comportement par défaut d’empathie, des troubles de l’auto-contrôle et de la régulation des émotions à l’origine de leurs difficultés à s’adapter à la vie sociale.

L’Ensemble des TCAF* représente la 1 ère maladie neuro-développementale non génétique évitable.

 

Femmes enceintes et Tabac

Fumer durant la grossesse comporte un certain nombre de risques :

• de fausse couche,
• de mort in utero,
• de placenta prævia (placenta positionné trop bas),
• d'accouchement prématuré,
• d'hématome rétroplacentaire,
• de retard de croissance intra-utérin,
• d'hémorragie importante durant l'accouchement,
• de malformations (en particulier des fentes labio-palatines).

L’idéal est bien sûr d’arrêter de fumer avant la grossesse. Si cela n’a pas pu se faire, l’arrêt sera toujours bénéfique à n’importe quel moment de la grossesse, que ce soit pour la future maman comme pour le fœtus.

Les effets du tabagisme sur le fœtus

Le tabagisme altère le développement du fœtus par différents mécanismes, le premier étant une moins bonne oxygénation.

D’autres substances chimiques contenues dans la fumée sont également néfastes au développement du fœtus. Tous ces effets expliquent le retard de croissance intra-utérin : bébés plus petits en poids, taille, périmètre crânien. Ces effets peuvent être graves lorsque le bébé naît prématurément.

Après la naissance, le tabagisme durant la grossesse est responsable chez le bébé :

• d’un risque de mort subite multiplié par 2 (7)

• d’une augmentation des troubles respiratoires (asthme, otites, pneumonie)