Alcool au volant

 

L’alcool rétrécit le champ visuel

L’alcool augmente la sensibilité

L’alcool altère l’appréciation des distances et des largeurs

Sous l’effet de l’alcool, un  conducteur peut décider, devant un obstacle, de freiner sur une distance trop courte pour s’arrêter ou, devant un passage plus étroit que sa voiture, de passer quand même.

L’alcool diminue les réflexes.

La durée moyenne du temps de réaction  dans  des  conditions  normales  est  évaluée  à  une seconde environ.

Dès 0,5 g/l, le temps de réaction peut atteindre 1,5 seconde. Ainsi, un véhicule roulant à 90 km/h parcourt 25 mètres en 1 seconde et 37 mètres en 1,5 seconde.

 

Ce sont ces 12 mètres qui peuvent sauver une vie! Les temps de réaction augmentent considérablement avec des taux d’alcoolémie encore plus élevés.
 


L’alcool provoque une surestimation de ses capacités. 

L’alcool a un effet euphorisant. Il provoque une surestimation de ses capacités. Après 0,5 g/l de sang, la conduite devient plus heurtée qu’à jeun et le conducteur fait beaucoup plus d’erreurs.  

Sous l’effet de l’alcool, le conducteur a un comportement dégradé par rapport au conducteur sobre. Cela se traduit par une prise de risque plus  importante : vitesse excessive, agressivité, non-port de la ceinture de la sécurité ou du casque, réflexes diminués...  

Un sujet en bonne santé élimine 0,10 g à 0,15 g d’alcool par heure. Rien n’efface les effets de l’alcool : café salé, cuillerée d’huile... aucun " truc " ne permet d’éliminer l’alcool plus rapidement.  

         

     

Lien vers le simulateur personnalisé d'alcoolémie